WPIX


WPIX, Inc. v. Ivi, Inc. , was a copyrightinfringement caseheard before the USCourt of Appeals for the second circuit. Theappeals courtupheld thedistrict courtto grant aninjunctionto theplaintiffs, with theexceptionof the transmission of television programs throughthe Interneton the Internet. This decision establishes a precedent that broadcasts television material may be protected by copyright and can not be transmitted over the Internet without authorization.

Context

Ivi, Inc. is a Seattle- based company that began broadcasting Internet television content to paying subscribers on September 13, 2010. [1] Designed to be an improvement over traditional, more expensive cable services, viewers Can watch TV broadcast from New York City and Seattle, then Chicago and Los Angeles, from anywhere in the world for a monthly subscription of $ 4.99 without special equipment. A registration service could be added for $ 0.99 per month. Shortly after the start of operations, ivi and CEO Todd Weaver received the notice cease and desists from

Judiciary process

On September 20, 2010, ivi filed a declaratory action in the District Court of the Western District of Washington , seeking a declaration of non-infringement on the ground that §111 of the Copyright Act 1976 authorizes retransmission Of the content of television broadcast for cable companies. [2] On the same day, Ivi issued a press release calling for legal action “a preventive movement to discourage unnecessary litigation in the mainstream media” and express their desire to “work with content owners [to help] New revenue streams and reach more viewers from around the world. ” [3]

On September 28, a group of copyright holders and broadcasters, including Disney , NBC , ABC , CBS , Fox , The CW , Telemundo and others, filed a copyright action against ivi on District Court of the Southern District of New York . [4] Ivi’s previous declaratory action was subsequently dismissed by the Washington District Court on the ground that it was unjustifiable. [5]

On January 31, 2011, Public Knowledge , the Electronic Frontier Foundation , the Media Access Project and the Open Technology Institute filed an amici submission with the court in support of ivi. [6] [7] Noting that ” amicus briefs are unusual in the district court”, the submission argued that ivi should be considered a cable system under §111 and that the granting of ” A preliminary injunction against ivi would not serve the public interest . [6]

Le 20 février 2011, le tribunal de district de New York a accordé la requête du demandeur pour une injonction préliminaire contre ivi, estimant que ivi n’était pas un «système de câble» et n’a donc pas droit à une licence obligatoire en vertu du §111 de la Loi sur le droit d’auteur. [8] ivi a fait appel de la décision du tribunal du district [9] .

Avis de la Cour d’appel

Ivi a admis qu’ils avaient diffusé le contenu protégé par le demandeur, mais a offert une défense affirmative en faisant valoir que le §111 de la Loi sur le droit d’auteur accorde aux systèmes de câblodistribution une licence obligatoire pour retransmettre le contenu de la télévision diffusée. Par conséquent, le principal problème à trancher par le tribunal était de savoir s’il s’agissait d’un «système de câblodistribution» conformément à la Loi sur le droit d’auteur. [dix]

En décidant si ivi était qualifié de système de câblodistribution en vertu de la Loi sur le droit d’auteur, le tribunal a appliqué le test en deux étapes de Chevron USA, Inc. c. Natural Resources Defense Council, Inc .. Chevron dicte que les tribunaux devraient d’abord examiner le texte de la législation pertinente et l’intention du Congrès . Si la législation pertinente ne traite pas directement de la question en cause, Chevron demande ensuite aux tribunaux de différer l’interprétation de l’organisme gouvernemental qui administre la loi, à condition que l’interprétation de l’agence soit réputée «raisonnable».

Chevron Step One

Le §111 de la Loi sur le droit d’auteur définit un «système de câblodistribution» comme suit:

Une installation, située dans tout État, territoire, territoire de confiance ou possession des États-Unis, qui reçoit en tout ou en partie des signaux transmis ou des programmes diffusés par une ou plusieurs stations de télévision autorisées par la Commission fédérale des communications et effectuent des transmissions secondaires De tels signaux ou programmes par des fils, des câbles, des micro-ondes ou d’autres canaux de communication aux membres abonnés du public qui paient un tel service.

Le tribunal a constaté que «ce n’est tout simplement pas clair» que le texte de la Loi sur le droit d’auteur incluerait ivi en tant que système de câblodistribution. [dix]

Ensuite, le tribunal a examiné si l’ intention du Congrès était d’inclure la retransmission basée sur Internet comme un type de système de câblodistribution. Le tribunal a observé que l’intention originelle du Congrès en promulguant le §111 était d’encourager les systèmes de câblodistribution à offrir une meilleure réception de la télévision pour les communautés éloignées qui étaient mal desservies par la télévision aérienne en direct. Sur la base de Turner Broadcasting v. Federal Communications Commission , le tribunal a conclu que “le Congrès avait l’intention de supporter des systèmes localisés plutôt que nationaux qui utilisent des fibres de câble ou des fibres optiques pour transmettre des signaux”. [10] Étant donné que la retransmission basée sur Internet n’est pas destinée à fournir du contenu à des régions éloignées et n’est pas un service de transmission localisé, Le tribunal a constaté que “le congrès n’avait pas l’intention de la licence obligatoire du §111 dans le sens des retransmissions sur Internet”. [dix]

Le tribunal a noté qu’il a interprété intentionnellement le §111 de la Loi sur le droit d’auteur «aussi étroitement que possible» selon New York Times Co. c. Tasini , afin de minimiser l’ingérence gouvernementale sur le marché; Les exceptions aux droits exclusifs de propriété des détenteurs de droits d’auteur devraient être accordées avec parcimonie. [dix]

Chevron Step Two

Bien que le tribunal ait constaté que la première étape du test Chevron était suffisante pour conclure que ivi n’a pas droit à une licence obligatoire, le tribunal a également fourni une analyse de deux étapes pour voir si le Bureau des droits d’ auteur des États-Unis a interprété la Loi sur le droit d’auteur d’une manière telle Traiterait l’ivi en tant que système de câble. Le tribunal a conclu que ce n’était pas le cas; Le Bureau du droit d’auteur a déclaré à plusieurs reprises leur point de vue selon lequel la transmission par Internet ne serait pas éligible à une licence obligatoire parce qu’elle est «très différente des autres industries de retransmission désormais admissibles aux licences obligatoires». [11] Le tribunal a estimé que la position du Bureau du droit d’auteur était une interprétation raisonnable de la loi.

Irreparable Injury

La cour d’appel a également statué que si l’injonction contre ivi n’a pas été retenue, les sociétés de radiodiffusion demandeuses perdraient des montants importants de revenus. Par exemple, la fonctionnalité de diffusion en direct d’ivi permettrait aux téléspectateurs de regarder des programmes plus tôt qu’ils ne le seraient autrement dans leur fuseau horaire. Ceci est différent des autres services tels que Hulu , qui retarde la transmission par Internet de la télévision diffusée. En outre, les annonceurs paient de grosses sommes pour placer des publicités pour des données démographiques spécifiques pour la télévision diffusée; Les services de ivi rendent ce ciblage beaucoup moins efficace. [dix]

Intérêt public

La cour d’appel a estimé que la protection des droits d’auteur de la télévision diffusée est dans l’intérêt public, en incitant les parties désireuses de créer de nouvelles œuvres. L’avis du tribunal indique également que les services de ivi offrent une commodité et n’améliorent pas nécessairement l’accès à la télévision. [dix]

Par conséquent, le 27 août 2012, la cour d’appel a confirmé l’opinion du tribunal de district, statuant que la retransmission de la télévision par radiodiffusion de ivi sans obtention de licences constituait une atteinte aux droits d’auteur. [dix]

Terminaison du service

Ivi a été obligé de suspendre ses opérations lorsque le tribunal de district a accordé une injonction préliminaire et n’a repris ses activités depuis lors. [9] Après la décision de la cour d’appel de l’injonction, un porte-parole d’ivi a déclaré: «Ce n’est pas le dernier chapitre de cette histoire», ce qui a amené certains à spéculer que la société a continué à travailler sur les litiges après la décision d’appel. [12] La décision a été appelée une “victoire majeure pour les radiodiffuseurs”. [13]

In light of this decision, some were frustrated that the courts and the FCC’s interpretation of what constitutes a cable company were not accompanied by modern technology and that a clear television policy On the Internet has not been established. However, as the case of ABC v. Aereo , which provides analog services to the VCR rather than retransmitting services by attempting, it is possible to make the TV available on the Internet for a profit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *